Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 11:56

Serait-ce parce que "l'on n'a rien à dire, qu'il faut fermer sa gueule" ?
Ce n'est pas faux ; il y a surtout que parler pour parler, parler pour ne rien dire, reste un acte créateur.
Même si c'est une parole superficielle, de celle qui se donne "au diable" d'égo !

Dès que nous nous mettons dans ce schéma, plus ou moins éloigné de qui nous sommes au fond, dès que les mots nous échappent dans cet instant d'éloignement émotionnel, nous générons un futur possible qui entre en concurrence avec celui qui nous correspond en réalité.

Et Dieu sait que des paroles de ce type sont monnaie courante.
Imaginez un peu, le chaos que ces paroles émises de toutes parts sur la planète, peuvent entraîner à leur suite ; il n'y a qu'à regarder autour de soi.



Vous le savez peut-être, nous sommes en période de Carême.
C'est l'un de ces mots dont la valeur et les implications m'avaient échappé en raison du détournement de sens dont ils sont l'objet.

Il est des lieux pour leur actualisation et recentrage de sens, des emplacements géographiques particuliers.
Par exemple ces endroits sur la planète parfois repérés depuis des temps immémoriaux.
De façon plus subtile, ils peuvent s'inscrire dans notre paysage, notre géographie intime.


Les pensées, puis les mots qui les expriment sont une musique, telle une nouriture, la vraie, celle qui nous rend vivants, celle de l'âme.




Partager cet article
Repost0

commentaires