Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 17:47

... Pour l'éveil des consciences.

http://www.info-tours.fr/media/files/4155725_gourdelhy.jpg

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 17:21

monet_-6-.jpg

Webdesign magazine

monet_-9-.jpg

Exposition Monet 2010 : Voyage...

cliquer sur ce lien pour vivre une expérience,

marketing d'art ou art du marketing ?

monet_-12-.jpg

Connexion haut débit nécessaire !

Partager cet article
Repost0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 21:16

Ulysse.jpg

BnF - Homère sur les traces d'Ulysse

Aujourd'hui il est temps pour moi d'ajouter un lien à ce blog et de partager avec vous cette croyance essentielle :

"La communication relationnelle sera la matière première la plus précieuse pour les hommes et les femmes du XXIème siècle qui ne veulent plus vivre sur la planète TAIRE".

Il s'agit du lien vers le site de Jacques Salomé, "heureux qui communique" et en particulier son éditorial de ce mois-ci : "Notre vie est traversée en permanence par des crises".

Dans notre monde de dualité, il semble bien que deux choix sont sous jacents à toutes nos décisions.

Soit nos actions sont motivées par la peur, soit elles le sont par l'amour.

Cette idée se trouve éclairée sous un nouveau jour, dès lors que nous sommes capable de reconnaître que "derrière toute peur, il y a un désir, et qu’il est important de pouvoir s’appuyer sur le désir qui au contraire de la peur qui nous inhibe, nous paralyse, va lui nous dynamiser".

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 22:43


Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 19:12

Il ne s'agit pas de donner ici des nouvelles d'un nouveau virus ; quoique.
Ce serait alors une sorte de confirmation qu'ils sont mauvais seulement...
En fonction du point de vue d'où nous les considérons.

Et selon le point de vue de "l'humain mouton", Ghislaine Lancôt vient d'accomplir
une sorte d'exploît, pourtant à priori réservé sur terre, aux papillons.
Elle s'est en effet métamorphosée.

"Le passage entre les deux mondes de l’illusion et de la réalité constitue la grande aventure intérieure. Elle requiert courage, détermination et discipline. Il n’y a rien à faire... tout est à défaire."

La preuve et les aventures de Ghislaine Lanctôt (auteure de la "Mafia Médicale" et de "Que diable suis-je venue faire sur cette terre" sont ici : "Je me souviens de qui je suis."


Elle se reconnaît maintenant sous le nom de Ghis.
Cliquer sur ce lien, pour faire sa connaissance.

Alors vous pouvez la retrouver sur ces deux vidéos d'une vingtaine de minutes
chacunes et qui peuvent être qualifiées, selon moi, de vulgarisation spirituelle.

Vulgarisation de mon point de vue, car si l'idée de
"masse critique" (qui n'est pas sans rappeler la "théorie du 100ème singe") est séduisante pour le "mouton blanc", il a vite fait de se retrouver "mouton noir" à vouloir ainsi changer ce monde "aussi parfait que possible", plutôt que lui-même, me dis-je en mon for...


Merci Sylvie, passeuse chère à mon coeur  ;-)


Partager cet article
Repost0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 16:33


C'est le nom de cette chorale bien sympathique ;
le baume au coeur de la grâce en contraste saisissant !
Partager cet article
Repost0
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 18:33

Fanny Giustiniani

Rencontre au hasard de la rue
par la grâce de Nicolas, la nature,
de ses travaux sur St François,
lumineuse perception
empreinte de finesse

Voir son site

A bientôt Fanny...

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 05:41


Dieu seul sait pourquoi Cronos fait en sorte que la feuille et le stylo sont loin de l'inspiration que vous faites naître en moi, ou que stylo et feuille révèlent tout ce que je sais que je sais, sans que l'heure d'envoyer n'arrive.
Temps nécessaire pour ce retour, cette restitution.

C'est ainsi que le 14 du mois dernier, forte d'une phrase "Il faut oser vouloir" et de quatre mois de décantations, révélations et autres "épreuves", s'imprimait sous mes yeux mi-clos :
"Songer si souvent vous transmettre, sous forme de lettre de fin d'année, des mots, des vœux, des civilités  rend banale l'idée de l'envoyer et pourtant confirme perception de reconnaissance.
Espérer qu'aller au delà des apparences formelles des "boîtes" que sont les phrases alignées sur le papier, quand elles sont pour le moins originales, si ce n'est bizarres, rend la poésie de la vie simple, sensible et tout de même accessible."

Savoir aujourd'hui que cet "UN-dit-UN" de la rencontre (...), si fort appelée à toucher, "qui sera toujours là pour vous"... est connu de longue date.

Vous comprenez, j'imagine, que ces phrases partent en temps et en heure, complément d'information, cadre d'un décors fleuri de vapeurs.
Donner, recevoir, naît d'assurance, d'identité d'émotions et sentiments au vécu, à l'éprouvé au fond, ou au bord de soi.
Proche de la fusion en somme, de palpitants "ions" emplissent mon âme de trop plein d'énergie, que transmission, restitution, partage à qui de droit, peut libérer.
A vous donc de recevoir, discerner aussi, l'incongru de l'accord, du partage ici présent...

(...)

Au hasard de la lecture de vos dons, je découvre "le rêve facétieux", où je lis d'abord comme une répétition, qui me donne alors la place que "je" mérite.
Alors que j'ouvre à nouveau sur le "hazard", c'est l'image d'illustration qui vient frapper mon esprit.
Un cowboy et une indienne, le contrepoint s'impose alors.

Le fait est, vous le savez, que rêves de vous m'ont plus ou moins subtilement confirmé la rencontre à découvrir et donné l'assurance bien relative de vous appeler.
Depuis, la richesse lumineuse échangée m'est trop vaste pour s'ordonner avec simplicité et rapidité.
Le travail de discernement entre le subtil de l'âme et l'épais de l'égo se fait au rythme des idées.
Alors, l'âme chargée de transmettre les informations capitales, convertit les situations extra-ordinaires et inacceptables pour l'égo, en scènes relatives à "l'impérience" en cours.

(...) Dans ce rêve, le plus troublant et étonnant est l'apparition de "la" numéro deux de Vivendi qui fait chuchoter et bruisser l'environnement de son arrivée, par sa présence.
Je la reconnais parmi la Cour autour d'elle, au collier ethnique qu'elle porte. Son apparition sur-réaliste, prend l'ascendant sur la situation... et je me réveille.
Le plus important et difficile pour moi, est de mettre chaque ressenti à sa juste place, ceux qui viennent de mon être profond, et ceux que j'éprouve en étant face aux désir de l'autre.
Une fois ce "drôle" de travail effectué, je peux dire ce que je veux et agir.

Etrange donc pour moi de vous entendre encore me dire ce qui se produira la prochaine fois que nous nous verrons. C'est un future possible, avec la force de sa projection.
Pour y prendre part, il y a un chemin jalonné d'épreuves intimes de part et d'autre, un chemin de "crois", en douze stations pour les uns, douze travaux d'Hercule pour les autres.
De l'ordre de la réciprocité, de la longueur d'onde, de l'aspiration commune à deux êtres, destinés à rendre l'amour vivant.
C'est ainsi que lorsque deux âmes se tutoient, les égos se disent vous en douceur, afin que naisse l'art du nous.

Tant recevoir que synthétiser par l'écriture est une épreuve renouvelée pour le corps.
Comprendre que cette sorte de chaos mis en mouvement en moi demande solitude pour s'ordonner.
Vouloir être seule et vite, pour le faire et n'être qu'entourée de sollicitations extérieures, jusqu'à la paix de lundi.

Si le destin de cette lettre est de s'inscrire là en vous, c'est aussi qu'hier soir (mardi/mercredi), comme avant hier, se sont imprimées en moi, lectures relatives (...) cette victime d'un trou de mémoire, qui si elle prend conscience, peut recevoir à nouveau...
L'écho renvoyé par une chacune de mes cellules s'est comme amplifié, jusqu'à produire intense vibration, générant pulsations, un cœur s'ouvre.
Si bien que ce matin (mercredi) au réveil, la certitude en principe d'une séparation jour, nuit, jour paraît effacée pour laisser place à l'évidence rencontrée et les deux enroulées à la Vérité.
Une porte s'ouvre, le barrage au cœur lâche et laisse entrer à flots l'énergie révélée.
Tout est contenu là et déborde raison de la raideur du corps qui parle protection...
Payer pour d'anciennes histoires, en effet j'entends bien, moi non plus !

Là où mon corps dit freine, mon esprit lui, baigne dans une félicité totale, pour lui, c'est la bonne heure !

Je vous embrasse.

A bientôt.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 20:38
Ingrid Bétancourt (c) Reuters


Novembre 2004
Une Femme d'exception ..."très déterminée et plaçant ses idéaux au dessus de sa propre vie"... 

"Le peuple colombien, fier et courageux, a reconnu en Ingrid une battante, une femme intègre et attachée, comme lui, à des valeurs profondes de liberté, de démocratie, de paix. Il lui a donné sa confiance : élue députée, puis sénatrice en 1998.

Peut-être parce qu'elle s'est nourrie des paroles d'espoir de Neruda et de García Márquez. Peut-être parce qu'elle a vécu et étudié en France, pays des droits de l'homme, Ingrid est intimement convaincue qu'elle peut (et qu'elle doit) briser le système de corruption et de violence qui paralyse la Colombie. Que tout peut changer pour son peuple.
2002 : elle se présentera aux élections présidentielles en Colombie."...

Sauf qu'elle est enlevée en février 2002...
C'
était une grande défaite de ce que je découvrais de son combat pour la paix.
L'espoir qu'elle puisse un jour être libérée s'amenuisait.

Les récupérations médiatiques ont fait et font encore craindre le pire.

Savoir assumer les conséquences de ses actes quand elles sont si fortes pour soi, sa famille et le monde ne peut être qu'exemplaire, quelques soient les positions qu'elle prendra dès maintenant.


.../...

Ecouter sa voix, ce débit si différent de ce qu'il était, l'émotion qui l'étrangle...
De la force inconsciente à la fragilité de la conscience...
Ingrid et les autres, sauvés par les militaires Colombiens...


Partager cet article
Repost0
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 18:07
La vie nous présente régulièrement des occasions providentielles de service désintéressé à l'Autre malgré nos réticences ou autres idées préconçues.

La semaine dernière sur la plage, c'est une femme qui vient directement vers moi et me demande :

- "vous avez un portable ?"
- "euh, oui..." lui dis-je tout en m'interrogeant sur le fondement d'une telle question...
- "c'est que je ne trouve plus le mien, je l'ai perdu et ne sais plus où je l'ai mis !"
 me dit-elle l'air paniqué !
-"pourriez-vous m'appeler pour le faire sonner ?"
- "mais oui bien sûr !"
Je compose le numéro qu'elle me dicte... Elle sent vibrer son sac.
Intense moment de soulagement et de reconnaissance...
- "voulez-vous que je paye la communication ?"
Ben ça alors, je n'y avais même pas pensé !
- " Mais non, c'est une telle joie de voir votre soulagement !"
- " oh, merci c'est gentil !"

Mon interrogation sur le motif de sa question était la sienne, car donner gracieusement un coup de main est si simple et facile, même modestement, que s'en est presque suspect.
M'est avis qu'elle y pense encore !

Hier, c'est à la remontée de la clue de la cerise, sous un soleil de plomb que j'ai l'occasion de croiser un "bienfaiteur bénévole".
Alors que je concentre mon attention sur mes pas, j'entends au loin le bruit d'un 4X4 qui ne tarde pas à me faire face.
"Quelle misère, me dis-je en mon for, même ici ils ne lâchent pas leur bagnole ! "
Je dois me serrer sur le bas côté pour laisser passer le puant objet dans cet univers de senteurs du sud au soleil de l'été.
Quelques minutes plus tard le bruissement des cigales, le fond sonore de la rivière plus bas dans la vallée et les chants d'oiseaux exités se taisent à nouveau éclatés par le bruit de l'engin sur la remontée.
Bon, je me dirige à gauche pour lui céder la place, non, à droite il y a de l'ombre.
Le temps de cette tergiversation et il est à ma hauteur.
- " Bonjour, vous voulez que je vous remonte ?"
- " Allez, chiche !"
C'est alors le conducteur qui se justifie directement :
- " vous savez il m'arrive de me prendre la tête avec les touristes qui m'engueulent à me voir là en voiture, mais c'est que moi, j'habite là, je descends juste ma fille à la rivière pour voir ses copains."

La vie est plus joyeuse lorsque nous entendons... Et sommes entendus ;-)

Partager cet article
Repost0